Le futur du Cirque : un équilibre des canaux on line et off line

Pour les spectateurs qui préfèrent désormais assister aux représentations depuis leur smartphone ou leur portable, le cirque de demain doit apporter une expérience sans limite, physique et temporelle. Ce sont les conclusions d’une enquête réalisée par la plateforme d’études acrobatique du Cirque Electrique.

Au moment où les spectateurs réclament des expériences nouvelles, divertissantes, enrichies et personnalisées, les cirques traditionnels peuvent-ils garder le même visage ? Il est vraisemblable que non. C’est ce que dévoile l’enquête publiée par la plateforme d’études acrobatiques*.

Si un français sur deux avoue utiliser Internet ou son téléphone mobile pour assister à un spectacle de cirque, la possibilité de téléguider à distance les artistes demeure un critère décisif pour les Français. Ils en attendent principalement un gain d’émotions. 15% des spectateurs se rendent spécialement sous des chapiteaux quand ceux-ci proposent des attractions innovantes (comme l’utilisation d’iPad ou de bornes connectées). Une personne sur deux admet par ailleurs opter plus facilement pour un cirque qui innove sur son site (réservations 3D, animalerie virtuelle, spectacles à la carte, réalité augmentée).

Pourquoi cet engouement pour les innovations tous canaux confondus ? Selon le sondage, 65% des Français estiment que ces dernières facilitent leur prise de plaisir. Outre leur praticité, ces innovations sont un critère de sélection pour les spectateurs. 53% d’entre eux déclarent que leur présence les incite à fréquenter un cirque plutôt qu’un autre.

Pour 74% des Français, l’évolution des cirques traditionnels semble donc incontournable. Un quart des personnes interrogées considèrent que les chapiteaux deviendront des lieux dédiés à la représentation de spectacles à la demande,  imaginés et organisés en ligne par les spectateurs eux-mêmes.

*Enquête réalisée auprès d’un échantillon de 1011 personnes représentatif de la population française, âgé de 6 ans et plus, du 27 au 29 décembre 2012

Poster un commentaire